Haut perché !

L'Herculis Perche Tour et ses athlètes se sont arrêtés ce mardi sur le port monégasque pour une 9e édition. Promotion et découverte, des grands noms de la discipline se sont rendus sur place, comme le champion olympique Thiago Braz.

Rapidité, force, souplesse et agilité. Il faut reconnaître que la perche est une discipline spectaculaire. Et ce ne sont pas les curieux amassés sur le bord de la piste installée pour l'occasion qui diront le contraire. "Le saut à la perche attise toujours la curiosité. L'Herculis Perche Tour nous permet à la fois de promouvoir le meeting mais aussi de faire découvrir cette discipline au plus grand nombre. En plus, nous avons la chance, comme chaque année, d'avoir des grands noms de la discipline à nos côtés", se réjouit Nourredine Metiri, responsable de la tournée et entraîneur à l'AS Monaco.

Img 9563

Comme Marie et son fils Eric, âgé de 8 ans, enfants et adultes en ont profité pour tenter quelques sauts. "Quand on regarde à la télé on ne s'imagine pas que c'est aussi difficile. Il faut bien placer ses mains et faire un gros effort pour décoller", raconte la maman qui après deux ou trois tentatives a fini par rendre la perche, tandis que son fils ne semble pas s'en lasser. Eric pratique le demi-fond à l'AS Monaco Athlétisme et contrairement à Marie, il ne trouve pas le saut à la perche trop compliqué. "C'est un peu dur de décoller au début mais ça va. J'avais déjà essayé au Louis-II et je pense que je vais en faire l'année prochaine." En voilà donc un qui semble conquis. L'initiation terminée, le jeune garçon est allé tranquillement s'asseoir et n'a rien manqué de la suite des événements.

Img 9580

Perchistes français et champion olympique

Après l'initiation, c'est aux pros de faire la démonstration. Mais avant cela, un van floqué aux couleurs du club monégasque est arrivé sur le port. A son bord, le champion olympique Thiago Braz. Décontracté et sourire aux lèvres, le Brésilien s'est prêté au jeu des selfies. Mais il n'était pas le seul invité de marque, puisque que Kévin Ménaldo et Valentin Lavillenie étaient aussi présents cet après-midi-là. Mais pas de recordman du monde en vue. Renaud Lavillenie est resté en Auvergne auprès de son épouse et de sa fille Iris, née il y a quelques jours. Tous se retrouveront ce vendredi soir sur la piste du stade Louis-II.

Img 9487

Quatre perchistes français de retour des championnats de France Elite qui avaient lieu ce week-end étaient également venus faire le show. Ils se sont lancés dans un concours qui s'est finalement conclu par un duel entre le Nantais Jean Woloch et le Clermontois Alioune Sene. Pas de gagnant, mais du spectacle. 5 m, 5,40m, 5,80… l'élastique n'a cessé pendant une bonne heure de prendre de la hauteur. Dans les derniers sauts, la fatigue commençait à se faire ressentir et les premières ampoules avaient fait leur apparition. On se charrie, on rit, car l'important est bien de prendre du plaisir. "Faire du saut avec un cadre pareil c'est vraiment le top. Il y a une bonne ambiance, on apprécie d'être là tout autant que les gens qui nous regardent", lâche Alioune Sene. Tous deux se retrouveront lors d'un meeting à Castres la semaine prochaine où cette fois l'ambiance risque bien d'être moins détendue.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos