Chocs générationnels

Dans 3 jours aura lieu la trentième édition du meeting Herculis. Au programme, 14 épreuves dans lesquelles les maîtres de la piste et les nouveaux espoirs se livreront une dernière bataille avant les Mondiaux de Londres (4-13 août).

Ils sont nombreux à avoir foulé la piste du stade Louis-II. Déjà trente ans que la Principauté accueille chaque année les plus grands noms de l'athlétisme. Cette édition risque d'être tout aussi particulière que spectaculaire. À cinq reprises, l'Herculis EBS s'est vu être couronné du titre de meilleur meeting du monde (1998, 2008, 2011, 2014 et 2015). La version 2017 sera-t-elle la prochaine ? Si elle ne l'est pas, une chose est sûre, inoubliable elle le sera. Au programme, 14 épreuves dans lesquelles sont engagés les meilleurs athlètes. Bolt, Van-Niekerk, Lavillenie, Ibarguen Thomas Rölher, Almaz Ayana and co seront de la partie pour animer cette trentième édition et préparer les Mondiaux de Londres programmés deux semaines plus tard (4-13 août).

Honneur aux dames

Dans le sautoir, sur la piste ou dans les airs, les plus grandes pointures féminines de l'athlétisme ont répondu présentes. Il y a deux ans, l'une d'entre elles avait fait tout particulièrement sensation. Alors qu'aucun record mondial n'avait été battu en Principauté depuis 2008, Genzebe Dibaba faisait sensation sur 1 500 m avec un temps de 3''07'07. Si Dibaba ne sera pas là cette année sur 3 000 m, Almaz Ayana sera, elle, bien présente. Ethiopienne, comme Dibaba, elle a remporté l'or olympique à Rio sur 10 000m après avoir glané le Championnat du monde sur 5 000 m en 2015. Son match face à Hellen Obiri pourrait d'ailleurs être de haute volée tant les deux coureuses semblent proches.

Diaporama Ouv

Difficile de faire le tri, tant des stars, il y en aura. Mais difficile aussi de ne pas notifier la présence du top 3 mondial de triple saut. La Colombienne Catherine Ibarguen (33 ans), 4 fois championne de la Ligue de Diamant et championne olympique livrera bataille contre la jeune vénézuélienne Yulimar Rojas de 21 ans, actuel numéro 1 mondial et vice-championne olympique. À leur côté, sur la troisième marche du bilan mondial Olga Rypakova (32 ans) tentera tout comme la Française Jeanine Assani Issouf (24 ans) de bousculer la hiérarchie établie.

Comme dans plusieurs disciplines, les nouveaux visages de l'athlétisme seront aux coude-à-coude avec les anciens qui ont marqué l'histoire et qui ne semblent pas encore enclins à rendre les armes.

Lavillenie face à la relève

Les temps sont durs pour l'Auvergnat. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Une fois, deux fois, trois fois, rien n'y fait. Le recordman du monde n'a dominé aucune compétition de Diamond League cette saison. Lui qui l'a pourtant remporté sept fois d'affilées depuis 2010. Dernièrement, Renaud Lavillenie a essuyé un nouvel échec au meeting de Lausanne, échouant trois fois de suite à 5,93m, mais il s'est relancé aux championnats de France, remportant le titre national en validant une barre à 5,80 m. De quoi lui redonner confiance après la naissance de sa fille juste avant de prendre ses marques en Principauté. Et le perchiste est confiant, il a d'ailleurs déclaré à nos confrères de La Montagne : "Monaco est ma deuxième maison, J’ai toujours sauté très haut là-bas. La date est cochée depuis très, très longtemps."

Article Ibarguen Triplejump1

A Monaco, les perchistes tricolores seront nombreux. La nouvelle génération prend du galon et se rapproche un peu plus du podium à l'image de Kévin Ménaldo. Dernièrement, le Français de 25 ans s'est classé 4e ex-aequo du Meeting de Lausanne (5,73m). A Nancy, au Meeting Stanislas,  il avait même battu le recordman du monde qui avait échoué à 5,71m et il l'a bousculé lors des France élite à Marseille le week-end dernier. Qu'en sera-t-il sur le Rocher ? A noter également la présence du champion olympique, Thiago Braz. Malgré un début de saison en demi-teinte et un dernier meeting raté à Rabat, son combat face à Renaud Lavillenie risque de se passer en haute altitude.

Un duel Bolt-van Niekerk, pas encore pour cette fois

Le meeting monégasque aurait pu être le théâtre d'un autre duel inter-générationnel. L'un est une légende et va tirer sa révérence, l'autre court après l'histoire, dans un seul but, écrire un nouveau chapitre du sprint international. Mais ce n'est pas au stade Louis-II ni aux Mondiaux de Londres que l'on aura le plaisir de les voir s'affronter. Ils préfèrent vraisemblablement s'éviter. Usain Bolt, L'Eclair, l'homme le plus rapide du monde, s'alignera sur 100 m pour un dernier tour en Ligue de Diamand tandis que Wayde van Niekerk prendra le départ du 400 m.

Man 1741   Copie

 A 25 ans, il est la nouvelle sensation du tartan. Le Sud Africain a déjà inscrit son nom sur les tablettes des records. A Rio, il a fait tomber le record du monde de Michael Johnson (43''18, en 1999) sur 400 m avec un temps de 43''03, mais aussi du 300 m en 30''81 le 28 juin dernier. Il est le seul à courir sous la barre des 10'' sur 100m (9''94), de 20'' sur 200m (19''84) et de faire les 400 m en dessous de 44''. Le gamin peut rêver de triple-triple. La relève est assurée.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos