"Me qualifier aux  championnats d'Europe Elite"

Cassandre Beaugrand continue son bout de chemin. Toujours licenciée à l'AS Monaco Athlétisme, elle en a encore défendu les couleurs lors des derniers championnats de France de cross-country à Saint-Galmier. Avec un cinquième titre à la clé, malgré un peu de déception.

A l'orée de ses 20 ans (elle les aura le 23 mai), la jeune athlète continue de progresser et d'impressionner dans le milieu. Avec un cinquième titre consécutif en cross-country, c'est désormais vers la saison de triathlon que Cassandre Beaugrand va se tourner. Avec des envies d'Europe. 

Qu'avez-vous ressenti avec ce 5e titre de championne de France ?

Je n'étais pas très bien, alors j'ai un peu mal vécu ma course. Sur le coup je n'ai pas trop réalisé parce que j'étais un peu déçue de ma performance. Ça ne s'était pas déroulé comme je l'avais prévu. Je n'ai pas réussi à m'exprimer comme je l'aurai voulu. Je courais avec les élites et je voulais mieux faire. Physiquement je n'étais pas au top et je me suis rendue compte que j'avais une petite carence en fer. J'étais soulagée de trouver une réponse à ce coup de moins bien et pouvoir régler ce problème. Je suis toujours un peu déçue, mais je préfère passer à autre chose.

Vous êtes déçue, et pourtant vous êtes championne de France. Qu'est-ce qui vous a manqué ?

J'aurais voulu plus me battre avec le groupe de tête. Au début, je ne suis pas mal partie et après ça s'est vite compliqué et j'ai fini par le lâcher. Au final, je me suis retrouvée seule pendant la course. Mais j'ai continué car mon objectif principal restait quand même le titre. C'était hors de question que je m'arrête, mais quand j'ai vu que je décrochais autant et qu'il restait plus de la moitié à parcourir, je me suis dit que ça allait être vraiment dur. Ça s'est vraiment joué au mental.

Vous êtes la première à remporter le titre 5 fois de suite, cela doit tout de même avoir une saveur particulière ?

J'étais contente, c'est sûr et j'espère continuer à en gagner davantage. Mais cette course m'a permis de me rendre compte du travail qu'il y avait encore à faire pour pouvoir plus tard décrocher des titres en senior.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le cross, sachant que vous faites aussi du triathlon ?

Ça me change du triathlon et de la piste. Et l'hiver, comme je n'ai pas trop de compétition dans ces deux disciplines-là, ça me permet de travailler. Le cross, j'ai toujours aimé ça, j'en fais depuis que je suis toute petite. Je n'en ai pas fait beaucoup cette année, c'est pour cela que j'aurais également aimé faire mieux dans ces championnats de France.

Quelles sont les prochaines compétitions ?

J'ai une compétition importante début avril. Il faudrait que je puisse m'entraîner dur le plus vite possible pour pouvoir être prête, sans toutefois piétiner ma récupération. Je n'ai pas envie de foncer dans le mur. J'espère pouvoir me qualifier aux championnats d'Europe en Elite et cette course en avril sera vraiment importante pour atteindre cet objectif. Sinon, ce sera la qualification pour les mondiaux espoirs, toujours en triathlon.

Où situez-vous vos chances d'aller à ces Europe ?

L'an passé, j'y suis allée en sprint puisque j'avais l'habitude de courir cette distance-là. Cette année, ce sera différent. Je voudrais me qualifier pour faire de la courte distance (CD). Un format que j'ai "découvert" aux Jeux Olympiques de Rio. Mais je sais que ça va être compliqué.

Est-ce que les Jeux Olympiques vous ont apporté quelque chose de nouveau ?

Oui, c'était une bonne expérience. Seulement, je n'avais pas eu l'occasion de faire de la courte distance avant. C'était quelque chose d'unique pour moi. Maintenant, j'ai envie d'enchaîner sur ce format-là.

Quelle est la différence entre le sprint et la courte distance ?

La distance déjà. La partie cyclisme est plus longue dans la CD. Pour les gens qui regardent, je sais que la courte distance est moins intéressante que le sprint. Il se passe plus de choses dans le sprint. Je prends plus de plaisir sur ce type de course pour l'instant. C'est pour ça que j'aimerais apprendre à mieux gérer la CD. Aux Jeux Olympiques, ça ne s'est pas si mal passé que ça. Je pensais avoir plus de difficultés et ça s'est mieux déroulé que prévu.

Cette saison s'annonce sérieuse et elle a déjà bien commencé, notamment avec les 10 km de Rome et le cross-country. Quels sont vos objectifs pour 2017 ?

Elle n'a pas trop mal commencé, mais j'ai tout de même eu des déceptions, notamment sur le triathlon. Sur la première Coupe du Monde, j'ai vraiment manqué ma course et là sur le cross, je m'attendais à mieux alors je suis un peu frustrée. J'attends de pouvoir de nouveau m'entraîner dur et après je verrai au cours de la saison. Je ne me fixe pas trop d'objectifs pour le moment. Je vais essayer de faire au mieux, pour aller le plus loin possible.

Vous faites aussi partie de l'équipe de France. Comment se passe la vie en Bleu ?

J'ai intégré l'équipe de France de triathlon depuis les cadets donc j'ai comme l'impression d'avoir toujours appartenu à ce groupe. C'est toujours un plaisir de la représenter et je m'en veux vraiment lorsque je loupe des courses, comme lors de la coupe du monde de février. 

Quelles sont vos envies pour la suite ?

 Des objectifs que vous aimeriez réaliser disons à moyen terme ?Sur du moyen terme, j'aimerais bien performer en triathlon au niveau mondial. Être régulière et que les entraînements que je fais au quotidien finissent par payer. Je voudrais aussi pouvoir me faire plaisir en athlétisme.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos