AS Monaco Athlétisme : Le Cross a 40 ans

Le Cross du Larvotto a soufflé sa 40e bougie le 6 novembre dernier. L'occasion de revenir sur cette course emblématique du bord de mer monégasque, qui est aussi la plus ancienne en activité en Principauté.

Monaco est un terreau fertile pour le sport, ce n'est un secret pour personne. En matière d'événements sportifs, la Principauté a son lot également, avec les plus connus que sont le Rallye ou le Grand Prix, le Monte-Carlo Rolex Masters de tennis ou le Meeting Herculis. D'autres se rajoutent chaque année. Mais certains perdurent sans pour autant attirer une lumière aveuglante. Et en matière de courses pédestres, les locaux n'ayant pas envie de parcourir beaucoup de kilomètres pour en rallier ont de quoi faire sur le sol monégasque. Parmi elles, il y en a une qui a fêté ses 40 ans cette année, le Cross du Larvotto. Sans interruption ou presque (l'édition 2011 avait été annulée pour intempéries, la seule à ce jour), les amateurs de cross ont pu profiter de l'épreuve de la Principauté depuis 1977.

Au commencement

En remontant un peu plus dans le temps, on se rend compte que la Principauté disposait d'un cross avant que celui du Larvotto n'existe. "De 1964 à 1976, l'AS Monaco Athlétisme a organisé une manifestation dite Cross de Monaco à Fontvieille. Elle utilisait la nouvelle emprise sur la mer avec un départ et ligne d'arrivée sur l'ancien stade Louis-II en direction de Cap d'Ail et de la plage Marquet en passant par la digue de la nouvelle extension en mer", explique le club présidé par Alain Leclercq. 

Img 0120

Le changement de localisation a été motivé par des travaux de constructions d'immeubles qui ne permettaient plus l'utilisation de ce parcours. C'est donc sous l'impulsion de l'ancien président de l'AS Monaco Athlétisme, Bernard Fautrier, aujourd'hui président d'honneur, que la manifestation s'est déplacée sur le Larvotto pour la première fois en mars 1977. "A l'époque, la course était placée en fin de la saison de cross. Ce n'est qu'à partir de 2008 qu'elle a été déplacée en novembre, qui en est l'ouverture", précise Alain Leclercq. 

Une participation fluctuente

Dès le départ, le cross a su lever les foules. Pour preuve, l'édition de 1977 avait attiré plus de 1 000 participants. Une constante au fil des ans, même si la participation s'est un peu amoindrie les années passant. Si les enfants ont maintenu une certaine constance dans leurs venues, les adultes ont joué avec leurs inscriptions. La course étant gratuite, fait rare dans la région, il suffit que la météo se montre un tantinet capricieuse pour que les moins courageux décident de faire faux-bond aux organisateurs. Mais ce n'est pas la seule raison. Car comme l'explique l'équipe dirigeante, "la multiplication des courses ne nous aide pas. Il y a des années où l'on est seul sur la date, ce qui nous permet d'avoir pas mal de monde, mais dès qu'une autre course est prévue le même week-end pas très loin de chez nous, les sportifs font forcément un choix et ça nous fait perdre du monde." 

Csm26 Cross Larvotto Erika Tanaka 2

Quoi qu'il en soit, le succès de la course est toujours de mise et cette année encore, ils étaient plus de 400 à avoir pris le départ au matin du 6 novembre. Car les raisons du succès, elles, n'ont pas bougé en 40 ans d'existence. "Il y a différentes choses. La plage, le côté convivial de la manifestation, la remise des prix avec des cadeaux grâce aux partenaires, les inscriptions sont gratuites. Le regain de la course, c'est qu'il y a eu très longtemps le plaisir de courir sur route, et on s'aperçoit que depuis quelques temps, les gens vont de plus en plus vers les courses de nature ou d'obstacles, ce qu'on ne s'interdit pas pour l'avenir. La remise des prix, qui est très rapide, est faite dans le ¼ d'heure. Ce sont des choses bien rodées."

Evolution

D'autant que la course a évolué au fil des ans, et continuera sans doute de le faire à l'avenir. Si le parcours a dû s'adapter aux évolutions économiques et structurelles du bord de mer, le cross a aussi dû passer de l'après-midi au matin à partir de 2005. Pour insuffler de la nouveauté à leurs événements, les équipes de l'AS Monaco Athlétisme n'hésitent pas à moderniser leurs courses. "Comme sur toutes nos manifestations, on est toujours en train de voir ce qu'on peut améliorer. On a besoin, public ou organisation, de casser la routine, mais ça ne doit pas se faire au détriment de ce qui fonctionne." C'est d'ailleurs ce qui s'est passé cette année à l'occasion des 40 ans du cross. 

Csm26 Cross Larvotto Erika Tanaka 7

Au programme, en plus des parcours habituels, une course à élimination directe et des obstacles en structures gonflables pour les plus petits. "Les structures nous viennent des courses à obstacles qui nous ont donné des idées, en nous adaptant niveau sécurité. La course à élimination est venue de Brice Etes, qui est en fin de carrière et qui a pas mal bourlingué et nous a soufflé l'idée. Pour les structures gonflables, ça faisait un moment qu'on y pensait et on en a installé trois : une sur la plage, une au point intermédiaire et une à l'arrivée, qu'on avait placée sur le côté pour que ça ne gêne pas les plus grands." Si ces nouveautés devraient être pérennisées pour les années à venir, l'équipe organisatrice ne s'interdit pas d'en penser de nouvelles dans le futur. Avec, toujours, l'envie d'attirer de plus en plus de jeunes. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos