"La clé, c'est l'anticipation"

Mathias Raymond et Damien Desprat ont officié comme chefs de mission sur ces XVIIIes Jeux des Petits Etats d'Europe. Un rôle tenu de main de maître par ces deux anciens athlètes de haut niveau.

Ils sont arrivés quelques jours avant le débarquement des troupes. De quoi régler les derniers détails et que tout soit parfaitement carré à l'arrivée de la délégation. Ils ont ensuite réglé les petits soucis qui ont pu se présenter durant la semaine, répondu aux nombreuses questions que nous avons aussi pu leur poser. Eux, ce sont Mathias Raymond et Damien Desprat, les chefs de mission. Et tous deux dressent un bilan plus que positif de cette XVIIIe édition des Jeux des Petits Etats d'Europe (JPEE). 

Quel bilan faites de ces JPEE pour votre première comme chefs de mission sur cette compétition ?

Mathias Raymond : C'est une édition très positive, avec bon nombre de médailles puisque nous en avons obtenu 47, 15 d'or, 13 d'argent et 19 de bronze. Nous sommes plus que satisfaits tous les deux de ce résultat. C'est une belle satisfaction en tant que chef de mission car nous l'avions déjà fait sur les Jeux Méditerranéens et sur les Jeux Olympiques de la Jeunesse, donc là ça complète bien le panel avec les JPEE.

Justement, passer sur les JPEE avec plus de 100 athlètes après des délégations plus restreintes doit avoir un côté plus sportif ?

Mathias Raymond : Oui et non. Nous avons bien préparé les choses en amont, et je pense que la clé du succès est là, essayer d'anticiper et effectuer ce travail de préparation à l'avance. C'est sûr qu'il y a de la masse. Dimanche dernier, ce sont 150 personnes qui sont arrivées d'un coup et, malgré le retard de l'avion et les conditions météo, j'ai trouvé que, personnellement, ça n'avait pas été si compliqué que ça. Nous avons nos bénévoles de l'organisation qui étaient là et nous ont assisté, nous avions également bien préparé les choses, et ça a fluidifié le tout. Nous avions essayé de trouver toutes les réponses aux éventuelles questions et celles que nous ne connaissions pas, nous les avons trouvées.

Damien Desprat : Nous avions énormément communiqué, échangé avant et essayer d'anticiper tout ça et je pense réellement que l'anticipation a été le mot d'ordre pour cette réussite.

Qu'allez-vous garder en mémoire de ces JPEE 2019 ?

Damien Desprat : On pourrait dire que ces Jeux, pour la première fois au Monténégro, sont très positifs. Nous ne nous attendions pas à ce qu'ils s'en sortent aussi bien. Nous étions venus quelques fois pour constater de l'avancée des travaux et de la mise en place de cet événement, ce qui n'est pas une chose facile, surtout pour une première édition. D'autant plus pour eux qui sont arrivés tardivement et ils en ressortent totalement grandis puisqu'ils n'ont eu aucun souci sur la partie hébergement et transport, qui est généralement l'une des choses les plus compliquées à gérer.

C'est aussi le 2e meilleur total de médailles pour Monaco. Cela doit être une belle satisfaction supplémentaire pour votre première ?

Mathias Raymond : C'est assez gratifiant mais je ne prends aucun crédit personnel aux résultats obtenus. Avec Damien, nous sommes juste là pour faire en sorte que ça puisse aboutir, qu'ils aient les bonnes conditions au bon moment pour qu'ils réussissent à accomplir cette performance. Ce qu'il faut saluer maintenant, c'est l'implication des athlètes mais aussi le travail en amont, réalisé par les entraîneurs, leur implication comme celle des associations. Comme Madame Lambin a pu le rappeler, le bénévolat est ce qui fait fonctionner le système associatif à Monaco et c'est ce qu'il faut surtout saluer maintenant. Sans l'implication de ces dirigeants, ce qui demande beaucoup de temps et de travail, et n'est pas toujours gratifiant, parce qu'on ne pense jamais à eux, mais ils sont au même titre que les athlètes la clé de voûte de la performance. S'il y a une performance aujourd'hui, c'est grâce à la structuration des associations et c'est l'ensemble de cette chaîne qui fait qu'aujourd'hui on arrive à avoir ces résultats.

Damien Desprat : Je crois que Mathias a très bien résumé la situation. Hormis perdre notre voix pour les encourager lorsque nous avons pu être sur chacun des sites, nous sommes heureux de voir cette performance car il est vrai que tout le travail fait en amont paye à ce moment précis et c'est grâce à ça que nous sommes heureux.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :