Dossier

Les petits au centre du monde

Cela fait 28 ans que les athlètes monégasques donnent le meilleur d'eux-mêmes, tous les deux ans. Ils s'en souviennent et racontent, avec un plaisir non dissimulé, les sensations, images et victoires qu'ils ont pu récolter lors de ces événements fédérateurs.

L'idée des Jeux des petits Etats d'Europe (JPEE) naît lors de réunions des Comités olympiques européens. "Avec mes homologues, nous avions conscience de n'avoir aucun espoir de gagner une médaille aux JO, face à de grands Etats", explique Armand Forcherio, futur chef de mission pour la délégation monégasque. "Voilà pourquoi nous avons eu l'idée de nous retrouver entre nous."  

En 1981 les Comités olympiques de huit petits Etats se réunissent en Allemagne, à Baden-Baden, afin de concrétiser ce projet qui leur tient à cœur. Projet qui prend finalement forme en 1984, à l'occasion des Jeux olympiques de Los Angeles. C'est décidé : chaque pays européen de moins d'un million d'habitants, membre d'un Comité olympique européen, pourra prendre part aux JPEE. 

C'est en 1987 que la Principauté accueille sa première édition. "Ces Jeux représentaient la première manifestation internationale pluridisciplinaire dans le nouveau stade Louis-II", se souvient Yvette Lambin-Berti, secrétaire générale du Comité olympique monégasque, directrice des Jeux au sein du comité d'organisation en 1987. 

Toutefois, il existe une clause spéciale pour la cité-Etat du Rocher. Monaco est si petit que ses délégations risquent d'être maigres. Alors exceptionnellement, les étrangers résidant dans les communes limitrophes et faisant partie d'une fédération de Monaco depuis au moins trois ans.

Les pays membres s'affrontent tous les deux ans. On compte Chypre, Andorre, l'Islande, le Lichtenstein, Monaco, le Luxembourg, Malte et Saint-Marin. En 2011, le Monténégro rejoint le groupe. 

1985 - Une première

La première édition débute le 23 mai 1985, à San Marino, capitale de Saint-Marin. "On est partis comme ça, un peu à l'aventure", se souvient Armand Forcherio. "Chaque pays a amené sa délégation. Il n'y avait pas grand monde mais nous étions tous très fiers de participer. On a fait la même chose que les JO, mais en plus petit." 

Juan Antonio Samaranch, alors président du CIO, accorde exceptionnellement les anneaux olympiques à cette nouvelle manifestation et offre les médailles pour encourager l'initiative. Les Jeux s'étalent sur quatre jours et s'articulent autour de compétitions d'athlétisme, de natation, de basket-ball, de tir, de judo, d'haltérophilie et de cyclisme. 

Plus de trois cents athlètes s'y sont affrontés. La Principauté était représentée par une délégation de dix sportifs menés par Louis Orecchia, dans le rôle de chef de délégation, et Armand Forcherio en tant que chef de mission.

Eric Bessi s'est illustré en judo, en ramenant une médaille de bronze. Quant à Philippe Seggiaro, il en a décroché une en haltérophilie.

Page 1/4

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos