En route pour Saint-Marin

Du 29 mai au 3 juin, Monaco prendra part aux XVIIes Jeux des Petits Etats d'Europe. Pour la troisième fois, ils se tiendront à Saint-Marin, pays qui avait accueilli la toute première édition de la compétition en 1985.

Cette année, pour les Jeux des Petits États d'Europe, c'est vers Saint-Marin qu'il faudra regarder. 

La XVIIe édition des JPEE marque avant tout un retour aux sources pour la compétition. Lors de leur création, ces Jeux pas comme les autres s'étaient en effet déroulés pour la toute première fois à Saint-Marin, en 1985. Cela fait donc 32 ans que la Principauté porte haut ses couleurs lors de cet événement sportif qui n'a cessé de grandir depuis. S'il faut aujourd'hui une semaine complète pour que tout se déroule sans encombres, de la cérémonie d'ouverture à celle de clôture, la première édition avait duré 4 jours. Monaco comptait alors 10 représentants : Eric Bessi et Marc Sillari en judo, Philippe Seggiaro et Marc Krettly en haltérophilie, Pierre Dick en cyclisme, Joël Nigioni et Jean-Pierre Gasparotti en tir au pistolet à 10m, Angelo-Mario Lodigiani et Bruno Marcon en ball-trap et Daniel Nobbio en tir à la carabine à 10m. Armand Forcherio était le chef de délégation pour cette édition qui avait regroupé plus de 300 athlètes autour de sept sports. Les anneaux olympiques avaient d'ailleurs exceptionnellement été accordés à la manifestation cette année-là et Monaco en avait profité pour ouvrir son compteur de médailles avec deux breloques en bronze pour Eric Bessi et Philippe Seggiaro. 

Ouv Cyclo

Un deuxième passage prolifique

En 2001, Saint-Marin accueillait les JPEE pour la deuxième fois. La délégation monégasque est bien plus importante que lors de sa précédente venue, puisqu'elle comptait alors 65 représentants répartis sur huit disciplines sportives : athlétisme, basket, cyclisme, judo, tennis, tir, natation synchronisée et les boules (pétanque et sport-boules). Les Monégasques avaient d'ailleurs fait forte impression avant même le début de la compétition en portant le costume national traditionnel lors de la cérémonie d'ouverture. Sous la houlette, déjà, de Raymond Gnutti en chef de mission, les athlètes de la Principauté ont ramené 27 médailles dans leurs valises, dont 4 pour les seuls boulistes, qui connaissaient là leur toute première participation aux JPEE. 

Place au présent

Cette année, les Monégasques repartiront à l'assaut des podiums avec en tête l'objectif de faire au moins aussi bien que lors de leurs précédentes sorties (Islande - 33 médailles, Luxembourg - 28, Liechtenstein - 29). Et pour cette troisième édition en terres saint-marinaises, quelques nouveautés sont à noter. Exit le golf apparu pour la première fois en Islande, ou la gymnastique. Place au tir à l'arc, nouveau venu aux JPEE. "C'est la première année que le tir à l'arc est présent. On ne sait pas trop ce qui a motivé l'organisation à incorporer notre sport, mais en tout cas, on est ravi que ça soit le cas", nous a d'ailleurs confié Marie-Gabrielle Costa-Bodé, la présidente de la Première Compagnie de Tir à l'Arc de Monaco. 

Tir Arc

Ils seront d'ailleurs 4 athlètes du club à aller concourir à Saint-Marin. Un en arc classique, qui est la discipline olympique et 3 en arc à poulie. Dans le cadre de leurs épreuves, ils tireront à 70 m (arc classique) ou à 50 m (arc à poulie). Dans une compétition de tir à l'arc, tout le monde tire en même temps sur 12 volets de six flèches. Les neuf nations engagées (Andorre, Chypre, Islande, Liechtenstein, Luxembourg, Malte, Monténégro, Monaco et Saint Marin) étant représentées, les meilleurs s'affronteront ensuite dans des matches en un contre un sur une phase à élimination directe (5 sets de 3 flèches). Dans le cas de la compétition par équipe, cela se fait sur 4 sets de 6 flèches. 

Les boules et le cyclisme de retour

Velo

Au rayon des sports qui reviennent cette année, Monaco aura des représentants en cyclisme ainsi qu'en pétanque*. Du côté des deux-roues, trois épreuves seront au programme. La première, sur route, sera un contre-la-montre le mardi 30 mai. Un parcours plat, idéal pour les gros rouleurs. Les cyclistes auront ensuite une autre course le samedi 3 juin avec un tracé semblable à ce que l'on retrouve sur les championnats du monde ou d'Europe, comme l'explique Umberto Langelotti, président de la Fédération Monégasque de Cyclisme. "C'est un circuit, il faut le faire plusieurs fois. Il n'est pas très dur mais en même temps assez exigeant. Il y a 3 belles montées, qui ne sont pas très longues, mais avec l'usure des tours, il risque d'y avoir des échappées." Les Monégasques seront 4 à s'aligner au départ de ces deux courses. Et l'ambition est là, puisque le président a d'ores et déjà annoncé viser une ou deux médailles, en individuel comme par équipe. Mais il n'y aura pas que de la route puisque le VTT est aussi au programme. Monaco alignera également un coureur sur cette épreuve, qui s'annonce cependant compliquée. "Je n'ai pas vu le parcours en vrai, mais de ce que j'ai pu voir sur photo, il a l'air assez dur, d'autant qu'il pourrait devenir boueux en cas de pluie", note Umberto Langelotti. 

Ouv Petanque

Chez les boulistes, pas de surprises au niveau de la compétition, "ce sera du classique, on l'a déjà fait plusieurs fois", note Marc Costa. Avec 5 boulistes engagés sur la compétition, 3 hommes et 2 femmes, Monaco pourrait bien accrocher là-aussi quelques médailles. En tout cas, on le leur souhaite. 



*A l'heure du bouclage, un doute subsistait toujours sur la tenue d'une épreuve en sport-boules. Dans le cas où celle-ci aurait bien lieu, le format serait celui du tête à tête en simple et double et Monaco irait avec 3 représentants.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

À suivre

Retrouvez les performances de nos athlètes sur
codesport.fr du 29 mai au 3 juin