Jean-Pierre Schoebel "Définir les réglements et aller au-delà"

Président de la commission technique des Jeux des Petits Etats d'Europe depuis 2010, Jean-Pierre Schoebel l'avait d'abord intégrée en tant que représentant de la Principauté en 2006.

Alors que l'élection* du nouveau président devait avoir lieu quelques heures avant la cérémonie d'ouverture des XVIIes JPEE qui se tenaient à Saint-Marin (29 mai-3 juin), Jean-Pierre Schoebel nous en présente le fonctionnement.

Qu'est-ce que la commission technique ?

Il y a deux entités distinctes. Une assemblée générale, qui chapeaute tout, où se réunissent les présidents et secrétaires généraux des comités olympiques nationaux. En dessous, il y a la commission technique qui s'occupe des règlements techniques, des engagements, des sports qui sont pratiqués, l'organisation et qui peut faire des propositions à l'assemblée générale si elle veut modifier des règlements ou des choses, ce qu'on doit faire à Saint-Marin. Comme son nom l'indique, cette commission technique ne gère que les règlements sportifs et les compétitions. Quelle que soit l'entité, il y a à chaque fois les neuf pays qui sont représentés, puisque nous sommes neuf depuis l'arrivée du Monténégro, avec un représentant par pays.

Quel est donc son rôle dans les faits ? 

On définit les règlements et on va même au-delà, puisqu'on peut parler de supervision du travail fait par le comité d'organisation. Quand on s'est réuni en mars, on est allé voir si les sites étaient bons, on a regardé leur programme de compétition. On peut faire des remarques sur l'horaire, sur la façon dont la compétition va être gérée. Même pendant les Jeux, on a toujours un rôle de superviseur. C'est organisé par le comité local, généralement par la fédération nationale du sport en question, avec un délégué européen du sport, qui supervise, ainsi qu'un délégué de la commission technique. 

A quoi ressemble une réunion de la commission technique ?

Là dernière fois où nous nous sommes vus par exemple, il était question d'approuver l'agenda, le PV de la réunion d'avant. On a aussi fait un point car certains sports auraient pu être supprimés en fonction des engagements, donc on a regardé pour savoir ce qu'il fallait faire. Relativement peu d'épreuves ont ainsi été enlevées, surtout des choses par équipe, comme au tir à l'arc et aux boules, essentiellement chez les femmes et dans le mixte. On a supprimé deux catégories de poids au judo, mais c'est assez récurrent chez les femmes, avec les plus légères, -48 kg, et les plus lourdes, +78 kg. On a enlevé le ball trap et le skit pour les femmes en tir. On a aussi évoqué l'éligibilité des athlètes, pour voir quels athlètes étrangers peuvent participer, ce qui est important pour Monaco puisque nous sommes la délégation qui en a le plus, vu que nous n'avons pas le même bassin de population ou les mêmes règles de naturalisation que certains pays.

Quoi d'autre ?

On a aussi fait des propositions d'amendements aux règles, qu'on proposera à l'assemblée générale. On demande pour le judo qu'il puisse y avoir deux athlètes engagés par catégorie de poids en limitant le total à 9. C'est un règlement qui existe déjà aux championnats d'Europe et aux Jeux Européens et cela permettrait d'avoir plus d'engagés et donc des catégories plus étoffées qu'elles ne le sont  actuellement. La Fédération Internationale de Basket nous a demandé de mettre le basket 3x3 au programme, comme cela avait été le cas en son temps pour le beach-volley. Donc il pourra y avoir le 3x3 et la salle, ou l'un ou l'autre. On sait déjà qu'en 2021, Andorre veut le faire. En cyclisme, on peut engager 4 coureurs par équipe, sauf le pays qui organise, qui peut en aligner 8. J'ai donc fait suivre une demande pour que tous les pays aient le même nombre de cyclistes, à savoir 6. 

Lors des JPEE, comment ça se passe ?

Le lundi, il y a les réunions techniques de tous les sports. Si on prend l'exemple du volley-ball, ils se réunissent avec le délégué de l'Europe, ceux qui organisent, ils discutent de l'ordre des confrontations et le délégué des jeux est présent. Lors des matches, on est là aussi. Parce que nos règlements sont légèrement différents par rapport à un championnat d'Europe, donc le délégué est là pour vérifier que tout se passe bien.Et comment se déroule la semaine du président de la commission technique ?J'essaie de voir le maximum de sports, mais je vais surtout là où on m'appelle. Je vais où il y a un souci, pour une réclamation par exemple. Si c'est technique, je ne suis pas censé intervenir puisqu'il y a des techniciens de chaque sport sur place, mais souvent ce sont des réclamations qui dépassent le cadre purement technique, donc j'interviens quel que soit le sport.

Qu'est-ce qui change quand on passe de représentant de son pays à président de la commission technique ?

Tu ne deviens pas le patron, mais tu gères beaucoup plus de choses. Que ce soit pour la commission technique ou les représentants des comités olympiques, tu es le garant. C'est toi qui est à l'assemblée générale et pas les autres pour défendre ce que tu as fait et exposer ce que tu voudrais faire. Tu es élu pour deux ans. Mon mandat se termine sur Saint-Marin et la nouvelle élection se fait le lundi de l'ouverture des Jeux. De notre côté, à Monaco, nous avons fait entrer Damien Desprat-Lerale l'an dernier comme représentant à la commission technique. Avant cela, j'occupais les deux rôles, président et représentant. L'arrivée de Damien permet aussi de préparer ma suite, car nous ne voulions pas que quelqu'un soit parachuté comme ça. Cela lui permet de prendre ses marques.



*Le magazine ayant été bouclé avant le départ de la délégation monégasque aux Jeux des Petits Etats d'Europe, nous n'étions pas en mesure d'avoir le résultat du vote. Nous vous proposerons dans notre prochain numéro (août-septembre) un large retour sur ces XVIIes Jeux des Petits États d'Europe. Vous pouvez dores et déjà retrouver résultats et photos sur notre site internet, www.codesport.fr

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos