Loic Bruni, toujours plus haut en descente ?

Champion du monde juniors en 2012, Loic Bruni n'a pas raté son entrée chez les pros. Pour sa première saison, le Cagnois s'est classé quatrième du général de la coupe du monde. Membre du team Lapierre Gravity republic l'an dernier et désormais intégré à la branche VTT de Red Bull, il espère se rapprocher du top niveau.

Lorsqu'on l'avait rencontré pour la première fois, il y a près de trois ans, Loic Bruni savait déjà où il voulait aller. Celui qui n'était alors qu'un ado avait déjà la tête dans le guidon, sans réserve.

"Franchement, je n’ai pas le temps pour les filles, tout ça. Quand je suis en cours, je ne me sens pas dans mon milieu. Ce n’est pas la même mentalité. Quand on part pour une compétition, on partage des choses avec les autres", nous avait glissé Loic, à la terrasse d'un café du centre de Cagnes-sur-Mer.

A l'aube d'une nouvelle saison chez les pros, force est de constater que Loic Bruni n'a pas traîné en route. En 2012, à Leogang (Autriche), il a raflé la couronne mondiale chez les juniors, confirmant ainsi tout le bien qui se disait de lui. 

A bonne école

A même pas 20 ans, l'Azuréen fait partie des pilotes qui comptent en VTT descente. Le fils de Jean-Pierre, sacré champion du monde masters (vétérans) à six reprises, s'est désormais fait un prénom.

Après avoir assisté à plusieurs victoires de son père, Loic a eu l'envie de s'y mettre, dès que possible. C'est sous les couleurs de l'US Cagnes, dont la section VTT est présidée par Jean-Pierre Bruni, qu'il a disputé ses premières compétitions.

Dans les sentiers du Mercantour et d'ailleurs, celui qui n'était alors qu'un jeune qui allait plus vite que ses copains, a également croisé plusieurs légendes de la discipline comme Nicolas Vouilloz (7 titres mondiaux) et Fabien Barel (deux maillots arc-en-ciel), dont il espère un jour égaler le palmarès.

Déjà prêt à briller ?

Celui qui est surnommé "Brownie" par ses potes n'a jamais craint de se faire dévorer par des rivaux nettement plus expérimentés. Après quelques participations en Coupe du monde "pour voir", Loic Bruni a trouvé ses repères et signé une cinquième place à Windham, en 2012.

L'an dernier, pour sa première saison complète en Elite, le Cagnois a fait encore mieux. Après une quatrième place à Val di Sole, il a signé son premier podium (il a terminé deuxième) en Coupe du monde chez les "grands", à Leogang, une terre qui lui réussit décidément très bien.


Quatrième du classement général de la Coupe du monde, le "gamin" a même damé le pion à son coéquipier et modèle, le Néo-Zélandais Sam Blenkinsop. C'est avec un tout autre statut qu'il va remettre les gaz…


Le calendrier de la saison 2014

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
1 Vidéo