Tout roule pour Stefano Coletti

Le pilote monégasque est parvenu à monter sur le podium pour la quatrième fois consécutive. A Bahreïn, il a terminé troisième. Un résultat qui lui permet d'occuper la tête du classement général avant d'arriver à Barcelone.

Âgé de 24 ans, le Monégasque Stefano Coletti est en train de connaître le meilleur début de saison de sa carrière. Après la Malaisie et Bahreïn, le pilote de Rapax team occupe la première place du classement des GP2 Series, un championnat considéré comme l'antichambre de la Formule 1.

Dans cette compétition, les concurrents disputent deux épreuves par week-end, une course dite principale et une autre appelée sprint. Pour l'heure, Stefano Coletti a été en mesure de terminer à chaque fois sur le podium depuis le démarrage des GP2 Series en 2013. (troisième de la course principale, vainqueur du sprint à Sepang ; deuxième de la course principale et troisième du sprint sur le circuit de Sakhir).

Son bilan est déjà nettement supérieur à celui de l'année précédente, où il avait couru pour la Scuderia Coloni puis pour Rapax team, avec un podium à la clé. Stefano, qui a réussi à canaliser son énergie et a gagné en maturité, semble plus que jamais en mesure de jouer les premiers rôles tout au long du championnat.

"Une motivation supplémentaire"

Pour l'heure, il compte 64 points, soit dix de plus que son dauphin, le Suisse Fabio Leimer (Racing engineering). Ce rôle de chef de file fait-il augmenter la pression dans l'esprit de Coletti ? Pas vraiment, si l'on se fie à ses déclarations après Bahreïn.

"C'est une motivation supplémentaire, je ne dirais pas que j'ai la pression. Je veux vraiment gagner une course principale, je ne l'ai jamais fait pour le moment. La voiture est compétitive, l'équipe travaille si bien que maintenant nous aurons juste à tout donner pendant les qualifications comme nous l'avons fait en Malaisie. (A Bahreïn), nous avons fait une petite erreur pendant la course principale et je n'ai pas pu décrocher la victoire. Nous avons appris, et maintenant je pense que ça ira très bien pour Barcelone."

Avant l'épreuve catalane (du 10 au 12 mai), Stefano a pu travailler sa condition physique, faire un crochet par la principauté et soigner son coup de volant à bord d'un simulateur.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
1 Vidéo