Grand prix de Monaco : Rosberg a brillé

GP2 series : Coletti fait résonner l'hymne monégasque

Parallèlement à ce 71e Grand prix de Monaco, les pilotes de GP2 series poursuivaient leur saison. Lors de cette quatrième étape, les 26 concurrents se sont élancés pour deux courses, une longue et une courte. Si le Monégasque Stéphane Richelmi s'est accroché, Stefano Coletti, lui, a décroché une victoire en Principauté.

L'aventure monégasque 2013 en GP2 a débuté par une course longue (42 tours) corsée. Départ en trombe, carambolage dès le premier virage, tout le monde descend. L'embuscade s'est tenue au niveau de la place Sainte-Dévote et a impliqué pas moins de treize monoplaces. 

Un cimetière de carbone. Il a fallu près d'une heure aux hommes de piste pour déblayer les morceaux de carrosserie. Deuxième départ lancé. Seuls 15 pilotes sur 26 sont en mesure de saisir cette seconde chance. Sam Bird (Russian Time), parvenu à faire réparer sa voiture en un temps record, s'empare de la première place. 

Richelmi (Dams) réussit à tirer son épingle du jeu, prenant tout de même la huitième place. Coletti (Rapax team), lui, s'empare de la sixième place. Correct, après une telle épopée. Le podium voit régner Bird, Kevin Ceccon (Trident racing) puis le jeune Mitch Evans (18 ans), pilote de l'écurie Arden International. 

"Ça a toujours été mon rêve"

Suivant le principe de la grille inversée, le Monégasque, s'est élancé de la deuxième ligne le samedi. A l'issue des trente tours, c'était la jubilation pour Coletti, vainqueur chez lui. Sous une pluie fine et intermittente, le pilote de la monoplace de l'écurie Rapax team munie de pneus slicks s'est montré rapide et tenace.

 L'Anglais Adrian Quaife-Hobbs (MP Motorsports), parti en pole, a vu Stefano Coletti rappliquer lors du troisième tour et le dépasser dès la sortie du tunnel, s'offrant nettement deux secondes d'avance. L'affaire était scellée.

Depuis Louis Chiron, vainqueur en 1931, aucun pilote de Monaco n'avait réussi à s'imposer sur ses terres. "Monter sur la première marche d'un podium et entendre l'hymne national ici, ça a toujours été mon rêve. Je suis très heureux de cette victoire. 

La voiture était très rapide, je pouvais faire ce que je voulais avec. Mon équipe a fait un excellent travail", s'est-il exclamé, embrassant son trophée devant le siège de l'Automobile club. "Concernant les pneus, je n'avais aucun problème, j'aurais pu faire encore dix tours avec. Le choix des gommes tendres était le bon."

Tenir la distance à Silverstone

"On était vraiment mal partis. Après mon crash de jeudi dans le premier virage, je croyais que mon week-end était fini", avouait Coletti. A 26 ans, il prouve qu'il mérite sa place de leader du championnat de GP2 series, lui qui s'était déjà imposé lors de la course courte en Malaisie et en Espagne. 

A l'issue de l'étape du Rocher, le pilote de Rapax team reste en tête du championnat de GP2 et dispose de 120 points, soit 24 de plus que Felipe Nasr. "A Silverstone, l'objectif sera de gagner la course longue. On doit progresser en qualifications pour s'approcher de la pole", a clairement annoncé un Coletti gonflé à bloc. 

La prochaine étape en Grande-Bretagne, du 28 au 30 juin sera peut-être aussi l'occasion pour le second Monégasque, Stéphane Richelmi, d'amasser davantage de points. Il en possède quinze et se classe désormais au quinzième rang. Lors de l'aventure en Principauté, il a ramené trois précieux points pour la suite de la saison.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos