Jumping : toujours plus haut

Du 23 au 25 juin, le Jumping de Monaco a fait son retour sur le Port Hercule. Après s’être enrichi l'an dernier d'une nouvelle épreuve, cette édition du rendez-vous glamour de la Principauté offrait encore son lot de nouveautés.

Comme chaque année, le timing était impeccable. Moins d'un mois après le Grand Prix, le Port Hercule avait réussi sa mue. La piste ensablée de 2 025 m² - l'une des plus petites et donc des plus techniques du circuit Longines – avait fait son retour et était fin prête à accueillir cavaliers et montures pour trois jours de compétition. Et comme chaque année, le gratin de la discipline s'était donné rendez-vous au pied du Rocher. Dans les paddocks, Scott Brash, John Whitaker, Kevin Staut et autres anonymes se mélangeaient avec Jessica Springsteen, Jennifer Gates, Matilde Borromeo… qui ne manquaient pas d’apporter la touche glamour, marque de fabrique du rendez-vous monégasque.

Une Champions League 2.0

Après une édition 2016 empreinte de nouveautés, la mouture 2017 du Jumping international de Monaco n'était pas en reste. Les épreuves nationales sont ainsi passées au rang international, "soit un grade au-dessus", explique Alizée Porée, chef de projet sur l'événement. "Cela permet aux participants de marquer des points au classement mondial, ce qui n'était pas le cas auparavant." La  Global Champions League (GCL) n'est pas non plus en reste puisque son succès lui a permis de grandir. 

Gregory Wathelet On Eldorado Van Het Vijverhof Wins Prix Massimo Dutti

Avec 18 équipes et 15 étapes, soit respectivement 6 et 3 de plus qu’en 2016, ce concept a trouvé son public et franchit un cap. Finies les deux épreuves le dimanche, elles ont été intégrées à celles des fin d'après-midi du circuit Longines (vendredi et samedi). De quoi assurer un préambule de choix avant les épreuves nocturnes, moments les plus attendus, par les cavaliers comme les spectateurs. "Deux classements ont été faits : un individuel, avec les cavaliers de l'équipe et les individuels tous mélangés. Et un, pour les teams, qui comptait pour la première manche de la GCL et qui a servi à établir leur ordre de passage pour la deuxième manche le samedi", explique Alizée Porée. "Et cette seconde épreuve aussi comptait à la fois en individuel et par équipe. A l'issue de cette compétition, on a établi un classement définitif de l’étape de la GCL de Monaco." Cette dernière servait également de qualification pour le Grand Prix du Prince, événement phare du Jumping.

Retour aux sources

Si le reste du programme ne se trouvait que peu modifié par rapport aux années précédentes, une autre course se voyait également chamboulée par cette Champions League 2.0 : l'incontournable Pro-Am parrainée par Charlotte Casiraghi. Alors que l'an dernier l'organisation avait testé une nouvelle formule avec deux amateurs coachés au micro par un cavalier professionnel, cette édition 2017 est revenue aux sources. "On ne pouvait demander aux chevaux et cavaliers d'en faire trop. La Champions League ayant été intégrée au Global Champions Tour, on a pu cette année revenir sur le format initial de la Pro-Am", détaille Alizée Porée. 

Lgct Monaco 2017 Longines Pro Amateur  C Lgct Stefano Grasso  21

Et si la formule 2016 apportait son lot de spectacle, à la mode "The Voice", la Pro-Am version traditionnelle, avec un amateur suivi d'un pro, elle, n'avait pas perdu ses inconditionnels qui s’attroupaient autour de la piste. À la fois dynamique et spectaculaire, ce format unique se faisait le témoin de la complicité qui se noue entre ces passionnés et surtout de cette volonté d’en découdre qui découle de cette alliance hors du commun. A l'image du tout jeune Inigo Lopez de la Osa Franco, vainqueur de l'édition 2016, toujours plein de fougue, de la maîtrise des Monégasques Dietlinde Thomel et Mona Ferry ou encore de la touche glamour apportée par le duo de Charlotte Casiraghi et Jennifer Gates. 

Lgct Monaco 2017 Longines Pro Amateur  C Lgct Stefano Grasso  30

Multipliant les sans-fautes et déchaînant les chronomètres, les 14 quatuors engagés n'auront pas manqué de susciter la ferveur du public et ce, tout particulièrement lors de l'entrée en scène des locaux de l'épreuve. "J'habite dans un petit village à Sospel et je crois que tout le monde est descendu… plus tous les gens de mon écurie, et ceux d'ici, vu que je suis monégasque. Je les entendais quand je passais. Cela fait chaud au cœur", souligne Mona Ferry, qui participait à sa deuxième Pro-Am. Si la jeune femme avait toutes ses chances avec deux beaux sans-fautes et un chrono plus qu’honorable, après moult rebondissements, c'est finalement la team Sapinda des Américains Lucy Davis et Flo Fulton Miller qui remporta cette Pro-Am. Dietlinde Thomel et son pro, le Néerlandais Eric van der Vleuten, qui représentaient les couleurs de l'association monégasque Mission Enfance, terminent eux sur la deuxième place du podium.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos